top

VOYAGE EN TOURAINE VENDREDI 8 MAI 2009

Vendredi 8 mai 09 à 09h30 :

Le Husseau, Montlouis sur Loire, accueil par François Chidaine au Domaine.

François CHIDAINE

Nous étions un petit groupe d’amateurs pleins de questions sur la notion de terroir et la culture en biodymanie. François Chidaine s’est avéré l’homme de la situation. Il nous a transmis son amour de la terre. Sa connaissance tant sur le cycle végétatif que sur la culture et ses contraintes nous a ouvert des horizons sur l’art de « gouverner » nos treilles. Son respect de chaque parcelle me rappelle un peu celui des bourguignons pour leurs climats. Chaque parcelle est un enfant avec son propre caractère : la constitution de son sol. Il les connaît par cœur ainsi que leurs influences sur le cycle végétatif et bien sûr la maturité.

Après un très long échange plein d’enseignements nous avons dégusté quelques pièces de Montlouis 08.

Le Clos de Breuil : citronnelle, légèrement miellé, agréable bien que la pièce soit en « malo »
Le Clos Habert : fin, friand, poire, idem pour la malo.
Les Bournais : puissant, pamplemousse, truffe blanche, pièce plus calme que les 2 autres, fin de malo.

Ensuite nous avons dégusté en bouteilles :
Montlouis Traditionnel Brut non dosé : amandes grillées
Clos de Breuil 07 (Montlouis) : silex, fumé
Les Argiles 07 (Vouvray) expressif, opulent
Baudouin 07 (Vouvray) : salin, iodé
Les Bournais 07 (Montlouis) : riche, puissant, exotique
Clos Habert 07 (Montlouis) : poire william très mûre, bel équilibre
Les Choisilles 06 (Montlouis) : silex noir, mangue, mûre
Les Tuffeaux 06 (Montlouis) : pomme au four avec le sucre caramélisé qui coule sur la peau
Les Bournais 05 (Montlouis) : accident de parcours selon François Chidaine, on en veut moins sur les routes mais plus dans ses bouteilles ! Pétrole, truffe, magnifique
Moelleux 05 (Montlouis) : belle fugue sur des notes de châtaignes, praliné, bel équilibre
Puis un vin à l’aveugle pour réaliser la longévité de ses vins : Clos de Breuil 90 : pétrole, verveine, tilleul, silex…A revoir dans 10 ans !

François Chidaine en plein service

 

 

Nicole et Bernard Daca

 

Michèle et Grégoire attendent mes commentaires

Ensuite une visite de la « Cave Insolite » s’imposait. On y trouve tout ce qui se fait de bon en bio dans le Val de Loire. Outre les vins du Domaine, il y a vraiment un panel extraordinaire des noms les plus courus. Les prix sont tout à fait corrects. Un passage obligé pour amateurs. 

Vendredi 8 mai à 13h00 :

Achats chez Madame Pallus à Montlouis et chez Hardouin à Vouvray

M. Claude Pallus n'est pas un épicier!

Sur les conseils de François Chidaine nous sommes allés acheter des andouillettes chez Madame Pallus. Il est possible de les manger crues, nous avons testé, c’est particulier mais très bon. Il est clairement indiqué, ce qui n'est pas très visible sur la photo, que M. Claude Pallus n'est pas un épicier.

Achat du pique nique à Vouvray chez Hardouin qui nous ont conseillé une aire pour nous restaurer. Le temps plutôt frais s’est réchauffé à mesure que nous mangions l’excellent buffet préparé par le célèbre traiteur de la région. Un buffet complet très bien présenté et surtout très pratique. Suffisamment copieux puisque d’autres pique-niqueurs en ont profités.

Préparation du pique nique

Beau plateau de charcuteries

Le Chinon s'est bien comporté avec le buffet

Vendredi 8 mai à 15h00 : Visite et dégustation au Domaine Huet

Coïncidence, la date de notre visite se juxtaposait à des journées portes ouvertes. Nous avons donc effectué une visite de caves avec d’autres personnes plutôt curieuses que connaisseurs. Les questions posées nous ont confirmés qu’il y avait beaucoup de gens intéressés mais parfois pas très au fait de la culture du vin. Le Chef de Cave a répondu avec beaucoup de gentillesse à toutes les questions. Le Vouvray effervescent (pétillant et mousseux) a suscité beaucoup de questions surtout en présence de la « doseuse ».

Accueil par le Chef de Cave Explications de l'élaboration des vins moelleux Nous ne sommes pas en Champagne mais à Vouvray

Le dépôt à éliminer

Le dépôt sur pointe

La

La dégustation porte ouverte était parfaitement organisée. Il suffisait d’effectuer un circuit de tonneaux en tonneaux. Sur chaque tonneau il y avait des vins d’une même catégorie avec toutes les indications. Au fond, il y avait des canapés pour tenter les accords avec les différents vins.

 L'entrée des portes ouvertes  Alain montre à Noël Pinguet des commandes de 30 ans!  Discussions autour d'un tonneau

Tous les vins du Domaine étaient présents avec quelques bouteilles rarissimes en vente spécialement pour cet événement.
Tonneau 1 : Vouvray Pétillant, Cuvée Huet Brut 01, Cuvée Huet Brut 98 Réserve, Cuvée Huet Sec 01, Cuvée Huet Sec 02.
Tonneau 2 : Vouvray Méthode Traditionnelle, Cuvée Huet Brut 01, Cuvée Huet Demi-sec 01.
Tonneau 3 : Touraine Rosé Méthode Traditionnelle, Brut, Demi-sec.
Tonneau 4 : Vouvray Sec, Le Mont 06 – 07, Le Haut Lieu 07 – 08, Le Vodanis 01, Le Clos du Bourg 08.
Tonneau 5 : Vouvray Demi-sec, Le Mont 03 – 05 – 06 – 08, Le Haut Lieu 07 – 08.
Tonneau 6 : Chinon rouge de Philippe Pichard 07 – 08
Tonneau 7 : Vouvray Moelleux, Le Mont 85, Le Clos du Bourg 07, Le Haut Lieu 08 et Moelleux 1ère Trie, Le Clos du Bourg 06 – 08
Tonneau 8 : Millésime 02, Le Mont Moelleux 1ère Trie, Le Clos du Bourg Moelleux 1ère Trie, Cuvée Constance.
Tonneau 9 : Vins d’exception, Le Mont Moelleux 1ère Trie 96, Le Haut Lieu Moelleux 1ère Trie 89 – 03, Cuvée Constance 03. Et deux Tokay de Hongrie Domaine Kiralyudvar, Cuvée Ilona 00, Aszủ Lapis 6 Puttonyos 02.
Un parcours initiatique qui serait long de le décrire. Un crescendo de saveurs et d’arômes. L’idée des canapés pour les accords était très bonne, toutefois la prochaine fois il faudrait aussi en prévoir pour la fin de parcours, à l’ombre.
Malgré la foule, nous avons pu longuement discuter avec Noël Pinguet, figure emblématique de la région. Le changement de propriétaire n’a pas entamé son enthousiasme, son souci de la perfection. Nous avons apprécié son ouverture d’esprit qui le porte également vers d’autres cieux viticoles.

Vendredi 8 mai à 20h00 :

Dîner au restaurant Rive Gauche à Tours

Le choix de ce restaurant était bien sûr motivé par son accession à l’étoile Michelin en 09. Nos contacts avec le Directeur Fabien Lagelle nous ont rapidement convaincus que ce choix était judicieux. Il a parfaitement compris le sens de notre curiosité et il nous a concoctés un menu exceptionnel avec des surprises pour le choix des vins. Il tenait à nous étonner avec ses dernières trouvailles, des inédits de la région.
Canapés : Beignet aux 5 épices créoles, Blinis noix de pétoncle, Club Sandwich, Gaspacho concombre poivron rouge. Nous avons dégusté avec ces canapés un Vouvray l’Ancestrale de Vincent Câreme, un vin Bio au nez vif et légèrement feuillu. On retrouve les mêmes impressions en bouche avec une finale fruitée. Il réussit son meilleur accord avec le Club Sandwich. Le Gaspacho légèrement pimenté a eu raison de ses bulles. C’est un principe auquel personne ne peut se soustraire, un met pimenté ou poivré irrite le nerf trijumeau au point d’inhiber toutes perceptions de bulles.
Asperges vertes de Loire servies tièdes, Saumon vapeur mi-fumé - mi-cuit, servies avec un Vin de table La Lunotte de Christophe Foucher, un farouche défenseur du Bio qui ne soufre que les tonneaux. Le résultat mérite une attention, ne serait-ce que pour servir ce vin avec précaution et surtout l’aérer. Une présentation abrupte n’est pas conseillée, le vin est chargé de CO² et s’exprime avec des arômes lactés, voire de reblochon. Ce n’est qu’après une longue aération que ce vin est agréable à découvrir. Son accord avec les asperges fut une réussite que le fumé du saumon s’empressa d’écourter.
Sandre et ses petits légumes du moment, Medley d´herbes fraîches, servi avec un Chinon blanc Château de Coulaine 07. Une réussite d’équilibre avec un ensemble nez / bouche très complémentaire : des arômes citronnés légèrement épicés au nez et une bouche d’une belle rondeur avec une finale très, très légèrement miellée. L’aspect vif du vin s’est davantage révélé sur le sandre que le miellé, aidé en cela par les légumes.
La Beuchelle revisitée comme un vol au vent, Ris de veau, rognon, crête de coq, écrevisse, légumes du moment, servie avec un Vouvray sec 2007 - Chenin - Domaine de la Galinière - Pascal Delaleu. Un vin généreux avec une belle vivacité très citronnelle. Une bouche légèrement « térébenthe » lui donne une certaine allure. Sur les ris de veau son acidité a été exacerbée.
Assiette de fromage de chèvre affiné par Rodolphe Le Meunier, Medley de salade et son coulis d´épines noires servie avec un Touraine 2007 - Sauvignon - " le petiot "- Domaine Vincent Ricard. Le changement de cépage est probant. Les arômes sont de type agrumes avec la pamplemousse en premier plan. Un vin de macération pelliculaire ? Il est long en bouche et épicé, un vin de fromage de chèvres. Toutefois seul le Valençay l’a vraiment mis en valeur, le Pouligny St Pierre a pris le dessus et le Selles sur Cher lui a donné une petite amertume en finale.
Nougat de Tours servi tiède, lait glacé au kirsch, servi avec un Coteaux de l´Aubance 2006 - Chenin Moelleux - Domaine Hervé Papin. Changement de région avec ce vin d’Anjou. Un vin d’une grande rondeur avec beaucoup de distinction, de beaux arômes d’abricots bien mûrs agrémentent la bouche dans une longueur étonnante. Sur le dessert il s’épanouit davantage.

Un décor appétissant

Une fin de repas tout sourire