top

LE BELISAIRE
2 Rue Marmontel
75015 PARIS
Tél. : 01 48 28 62 24

www.lebelisaire.free.fr/

Notre dîner du jeudi 2 juin 16

Nous avons nos habitudes dans ce bistrot très accueillant. Nous le fréquentons régulièrement tant dans le cadre de notre association qu’à titre personnel. La cuisine de Matthieu Garrel ne nous déçoit jamais, surtout que nous bénéficions souvent d’un « petit plus ». La petite salle convient parfaitement à nos réunions, elle nous permet de se sentir à l’aise sans gêner les autres convives.


Le menu est toujours concocté en duo : Matthieu et Jean-Jacques à la curiosité toujours en éveil.
Nous avons convenu d’apporter l’apéritif et un vin rouge, le restaurant nous proposant un vin blanc.
Nous Avons cette fois-ci dérogé au champagne à l’apéritif en proposant un vin de notre cave : Gewurztraminer 2007 Cuvée Christine Vendanges tardives du domaine Schlumberger. Un nez composé entre les jardins de Bagatelle et un verger exotique plein d’agrumes. La bouche est riche avec un moelleux très suave avec une grande fraicheur.
Jean-Jacques a apporté un champagne G.P. Wafflart pour notre ami Gisèle qui ne jure que par ce type de vin. Un vin intéressant à la mousse abondante et au nez toasté.


« La poêlée de girolles et son œuf de poule mollet ». Une belle mise en bouche avec des girolles parfaitement préparées. Le sommelier nous a proposé un Coteaux du Languedoc du Château La Négly aux arômes dominés par la marsanne avec un côté plein et juste austère. La bouche est ronde avec un bel équilibre. Son accord avec l’œuf fut parfait. Les girolles après une entente de courte durée ont rompu l’équilibre.


« La bouchée à la reine, terre et mer selon Matthieu ». Les chefs réalisent assez souvent depuis quelques temps ces accords amphibies. S’ils ne sont pas toujours réussis, Matthieu nous en a concocté un très « goûtu ». Le vin n’a pas su sur quel pied (de vigne) danser. Il aurait fallu choisir un vin grec plus apte à danser le « pas de vigne » - c’est le pas des danses traditionnelles de Grèce, des Balkans et du pourtour de la Méditerranée.


« Le filet de Saint Pierre rôti, tombée d’épinard, pomme purée et émulsion champagne ». De quoi me satisfaire pleinement avec un de mes poissons préférés. Cuisson parfaite !
Il fallait un vin un grand vin blanc sur ce plat, nous avons préféré un grand vin rouge : L’Espérance de Trotanoy 11. Ce n’est pas le second du château Trotanoy, il n’est pas élaboré tous les ans. C’est un très beau vin plein d’élégance plus délicat que son ainé, moins présent mais avec une palette aromatique très expressive. La finale est toute en suavité.
Son élégance naturelle a fait qu’il a honoré le Saint Pierre avec beaucoup de respect.


« Œuf à la neige et son coulis de fruits rouges ».

Trop tard le photographe c'était trop bon !


Une belle ponctuation à ce dîner bien enlevé.
Matthieu est venu nous saluer en fin de repas avec sa bonhommie et sa disponibilité habituelle. 

Merci MATTHIEU et JEAN-JACQUES