top

Mercredi 10 juin 2009 Restaurant du YAN'S CLUB - 5 avenue Reille - 75014 PARIS

Bien que d’origine arménienne, je n’ai pas organisé, depuis nos débuts il y a déjà 27 ans, de repas arméniens. Cela est dû à ma conviction que la cuisine arménienne est avant tout une cuisine familiale. J’en veux pour preuve que dans les restaurants on mange exactement la même chose et, rarement aussi bon « qu’à la maison » ! Il y a même certaines recettes que les restaurants ne font pas car trop longues à préparer et surtout fastidieuses. Ce sentiment est partagé par beaucoup d’arméniens qui ne retrouvent pas la qualité de la cuisine de leur mère ou sœur. Personnellement celle des femmes de ma familles et de mon père (ses moules farcies et dolmas étaient une merveille) ont laissé des traces indélébiles. Aucun restaurant arménien ne m’avait fait oublier ses saveurs. En août dernier, avec des amis, nous avons eu l’occasion de dîner au « Restaurant Arménien » à Cannes. La cuisine de Lucie fut pour moi une révélation. Je retrouvais une cuisine familiale dans un cadre sympathique avec un « accueil fraternel » de Lucie, j’étais chez moi.
De retour en Région Parisienne, je n’ai eu de cesse de faire profiter les membres de l’association d’un tel dîner, d’une telle atmosphère. On m’a assuré retrouver les mêmes ingrédients au Yan’s Club, un club privé où les arméniens se rencontrent souvent pour partager des activités tout en se restaurant avec la cuisine de Gérard Markarian. Comme Lucie, Gérard fait tout lui-même.

Le Président du Yan's Club Dr Chahinian Avec Geneviève Khemtémourian Dr Noël Grillon et J.M. Galinon

Durant la présentation du Yan's Club par la Dr Chahinian, Gérard nous a servi des canapés accompagnés du Champagne Gimonet 02. Une mise en bouche idéale avec un Champagne vif, alerte et une finale quelque peu miellée.
Sur les entrées :
Plaki (haricot), Tarama (sans colorant !), Keufté, Subeurek, Aubergine au yaourt, Poivron rouge grillé, Lahana dolma (feuille de chou farcie), Beureuk à la viande, nous avons apprécié la polyvalence d'un Hermitage 04 des Ets E. Guigal. Un vin d'une belle densité, des arômes juste austères, un fond légèrement "baumé" lui ont permis de s'imposer sur la plupart des entrées.

Le plat, un classique : "Brochette d’agneau pilaf auquel à ma demande le Chef Gérard Markarian ajoute du Bamia (okras ou gombos)". Personnellement je me délecte de l’association pilaf/bamia avec un « soulou de mouton » (entendez par là de beaux morceaux de mouton, genre ragoût, qui tentent de surnager dans une sauce juste relevée). Bien entendu, avec les brochettes ce n'était pas le cas. Deux 2 très beaux vins français de notre cave ont été choisis pour cet accord franco-arménien : Lirac 05 La Mordorée « La Reine des Bois » et Château Romanin 05 rouge, Baux de Provence. Le premier, un vin méridional de grande lignée, est un grand classique au niveau de l’encépagement 33 % de grenache, de syrah, de mourvèdre. Un vin bien constitué qui a su s'imposer face au plat. Le second est un vin méridional avec une touche bordelaise par la présence de cabernet sauvignon parmi les cépages précédents. Avec un peu plus de finesse que le précédent, il fut moins à l'aise dans sa confrontation avec le plat.

Pour terminer ce repas une pâtisserie méditerranéenne le baklava et une, un peu plus arménienne, le « sare bourma ».

Merci au Docteur Chahinian de nous avoir ouvert les portes du Yan's Club et bravo à Gérard Markarian qui m'a permis de retrouver les saveurs de ma jeunesse.
Nous reviendrons!